Comment s’habiller quand il pleut ?

Les arbres commencent à perdre leurs feuilles et nous nous réveillons chaque matin en guettant la météo…

Avant de tomber encore plus dans les clichés de l'automne, rappelons que c'est une saison qui autorise nombre de fantaisies. Ni la chaleur de l'été, ni la froideur de l'hiver : on peut exploiter pléthore de textures, couleurs, styles et assemblages à la mi-saison.

Cela dit, il y a un élément moins cool en automne : la pluie. Cela ne signifie pas pour autant qu'on ne peut pas être élégant ! Un sale temps est même propice à quelques effets de style, notamment si on pense au techwear.

L'objectif de l'article est de passer en revue les différentes possibilités qui s'offrent à vous pour s'habiller par temps de pluie. Styles de manteaux et de matières, qualité, éléments à proscrire… Tout pour vous éviter la galère du sweat à capuche mouillé !

sweat-mouille

Crédits : MadeMan

Une affaire de construction

Nous serons tous d'accord pour le dire : la veste est le premier rempart d'un look contre la pluie. Pour mener cette mission à bien, elle doit cocher un certain nombre de cases, indépendamment de son style.

On commencera donc par se pencher sur la matière. C'est grâce à elle que vous serez bien protégés de l'eau et gardés au sec… si elle est traitée pour !

Qu'est-ce que l'enduction ?

Pour cette première partie, on va se contenter de parler de la technique de l'enduction, adaptée aux vêtements de ville pour le quotidien.

Les tissus, même s'ils ont une trame serrée, ont des pores (interstices) trop gros pour empêcher l'eau de s'infiltrer et d'imprégner le manteau. La technique d'imperméabilisation par enduction, ultra répandue en prêt-à-porter, consiste à enduire la face extérieure de la fibre textile d'un mélange souvent composé de résine et de vinyle. Imperceptible à l’œil, le procédé comble les petits interstices : le manteau est alors déperlant, l'eau reste en surface et glisse littéralement dessus.

Peu onéreuse, l'enduction est prévue pour une utilisation quotidienne. En revanche, elle a tendance à légèrement rigidifier le tissu et, surtout, à être sensible à… l'eau. À chaque fois que vous prenez la pluie, l'enduit se détériore : il convient de le renouveler régulièrement, une fois par an ou tous les deux ans selon l'utilisation que vous en faites. À vous de voir quand l'imperméabilité ne vous semble plus suffisante.

coutures sac fratelli noviello

Globalement, l'enduction consiste à passer un enduit sur une matière. Devenue déperlante, les gouttes de pluie glisseront dessus.

Des finitions sur lesquelles on ne peut faire l'impasse

Niveau montage, il n'y a rien de vraiment nouveau par rapport aux critères habituels :

  • coutures serrées et régulières,
  • matière homogène, surtout dans le cas des tissus traités par enduction,
  • finitions soignées.

C'est peut-être sur ce type de pièce que ces détails ont le plus d'importance. Imaginez un tissu parfaitement imperméable, mal assemblé par des coutures grossières : ce serait comme construire un bunker en béton armé mais avec des fenêtre en simple vitrage. Et ce, bien que jamais je n'ai eu à construire de bunker de ma vie…

impermeabilisant-tissu

Une belle déperlance, où les gouttes restent bien en surface.

Trouver la bonne veste de pluie

Bon, nous sommes maintenant clairs sur la matière.

La bonne nouvelle, c'est qu'on trouve des vestes adaptées à la pluie dans différents styles, que vous soyez adeptes du costume trois-pièces ou de gros jeans bruts.

Prêts pour un petit tour d'horizon ?

Le mackintosh et le trench

Commençons par le style dont on aura sans doute le plus besoin : le formel. Il nous permettra d'aller au bureau, en RDV, en rancard, en soirée… bref, de presque tout faire.

Dans ce cas de figure, deux options tirent particulièrement leur épingle du jeu : le mackintosh et le trench.

Le premier se distingue du second par :

  • Une matière souvent plus légère,
  • Et une coupe simple, non croisée.

À gauche, un “mac” avec sa coupe simple, laissant traditionnellement apparaître le premier bouton. À droite, un trench, caractérisé par sa fermeture croisée et sa ceinture.

Ce sont deux pièces intrinsèquement conçues pour la pluie, pour laquelle la longueur est d'ailleurs un atout. À l'origine, le mac était entièrement composé de caoutchouc – remplacé depuis par un coton enduit -, là où le trench a été pensé pour les soldats sur le front.

Globalement, les deux sont substituables en termes de style. Cela étant, ces dernières années, le trench a vu son image s'écorner. Certains le trouvent trop connoté “séducteur des années 2000”. Personnellement, je penche plutôt du côté mackintosh, plus épuré. Mais si c'est le trench qui fait battre votre coeur, ne vous privez pas !

Sur ce look, on est à des années lumières de l'image du “dragueur maladroit”. La largeur des revers apportent de la carrure à son porteur, là où la couleur ocre rehausse le bleu et le gris neutres de la tenue. (Crédits : GQ)

Ce sont aussi des pièces qui peuvent facilement se porter dans des looks plus casual. Sweat ou chemise, c'est à vous de choisir ! (Crédits : Lookastic)

Pour éviter tout problème, préférez les pièces à mi-cuisse, pas plusOn peut imaginer un modèle plus long, à condition de parfaitement maîtriser les volumes et les proportions. À réserver aux plus aguerris.

Pour la couleur, faites en fonction de votre garde-robe :

  • Les nuances de beige sont lumineuses, très appréciables par temps de pluie, et s'adaptent à toutes les saisons,
  • Peu répandu, le kaki est pourtant aussi facile à porter que les autres, tout en accentuant légèrement le côté militaire,
  • N'hésitez pas à opter pour des teintes qui changent : le bordeaux, le bleu pétrole ou encore un joli prince de Galles fondu, apporteront une touche plus sophistiquée.

Nicolas